Si nous avions été étrangers à cette terre, que nous étions passé par-là, disons dans les années 2020, et avions regardé à quoi cela ressemblait, qu’aurions nous vu ? Un immense mouvement certainement. Un mouvement qui nous aurait amené à penser que ces habitants étaient très actifs et devaient tous participer à une œuvre commune, puisque cette terre est « sphérique ».
Nous rapprochant du sol, aurions-nous pu comprendre, dégager un sens à cette agitation ? Aurions-nous pu comprendre pourquoi la diversité s’était mutée en disparité ? Pourquoi le paradis était devenu enfer ?
Théodore Monod en 1959 constatait : « L’homme moderne ne construit pas parce qu’il a besoin, mais juste parce qu’il le peut »
Si tel était le cas, et il semble bien que oui, alors nous n’aurions pu y trouver de sens, rien qui correspondait aux lois universelles de la vie. Nous serions repartis, interrogatifs, en nous disant que cet endroit était bizarre et que cela ne durerait pas. Qu’en tout cas il n’est pas intéressant et que nous n’y reviendrions pas !

Aujourd’hui, nous sommes loin ou proche, mais force est de constater que notre impression était juste, car toute vie humaine a disparue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *